La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite…

La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite…

Oligrenouille qui ne savait pas qu'elle était cuitevier Clerc écrit ce merveilleux conte métaphorique pour nous sensibiliser au fait que nous avons tendance à accepter l’inacceptable…

Imaginez une marmite remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L’eau se chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille ; ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est maintenant vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température de l’eau va ainsi monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite. Plongée dans une marmite à 50°, la grenouille donnerait immédiatement un coup de pattes salutaire et se retrouverait dehors.

Cette expérience est riche d’enseignements. Elle montre que lorsqu’un changement négatif s’effectue de manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps pas de réaction, pas d’opposition, pas de révolte.

Et vous, avez-vous tendance à vous comporter comme la grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite? Avez-vous tendance à accepter deschoses parce qu’elles se passent petit à petit?

Il est vrai que les comportements, actes, mots, gestes qui nous font mal, qui entament notre estime de soi et notre image de nous-même s’accumulent parfois sans que l’on s’en rende compte… Nous les vivons au quotidien, un peu chaque jour et nous n’imaginons pas l’impact que toutes ces atteintes à notre identité peuvent avoir sur nous…

Pourtant, au fur et à mesure, nous perdons notre audace, notre courage, notre foi en nous… Comme la grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, nous sentons qu’il y a un inconfort, mais ne savons pas exactement quoi, alors nous nous adaptons.

Si vous y regardiez de plus près, quels seraient ces petites choses, ces petits mots du quotidien qui feraient baisser votre confiance en vous? En étant honnête avec vous même, y a-t-il des choses que vous accepter parce que ce ne sont pas des « choses énormes » et qu’elles passent inaperçues?

Posez-vous la question et décidez ensuite de ne plus accepter ça… Ou en tous cas d’y être attentif pour que cela arrive à votre conscience et que vous puissiez, même juste en vous-même, ne pas prendre tout cela comme des vérités! Vous verrez que vous commencerez doucement à poser vos limites…

Pensez de temps en temps à la grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite pour préserver votre estime de vous…

Julie Arcoulin

Recent Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search