Cultiver son émerveillement

Heureuse coïncidence au moment où je démarre l’écriture de cette chronique, Henri Salvador chante « Une belle journée », je vous recommande de l’écouter pour vous plonger dans l’ambiance de cette chronique.

Cultiver son émerveillement, tout un programme. Des études montrent ses effets bénéfiques sur le moral, l’état psychologique et donc forcément la santé. Voyons en quoi consiste cette culture de l’émerveillement et les trucs et astuces pour la cultiver.

L’émerveillement et la gratitude.

Difficile de parler de l’émerveillement sans parler de la gratitude. Ils sont intimement liés. Le professeur de psychologie Robert Emmons, de l’université de Californie, a réalisé une étude qui montre les effets bienfaisants du fameux carnet de gratitude. Il a formé 3 groupes, le 1er listait les expériences du quotidien, le 2ème uniquement les expériences désagréables et le 3ème listait toutes les raisons pour lesquelles il pouvait être reconnaissant. Devinez quoi ? Les personnes du groupe qui entretenait son carnet de reconnaissance se sentaient mieux après 10 semaines. Moins de stress, plus de confiance en l’avenir, plus de détermination, prenaient davantage soin d’elles-mêmes, étaient plus enthousiastes, dormaient mieux,…

J’entends déjà les sceptiques et ceux qui sont branchés sur le canal négatif. C’est vrai que la vie n’est pas toujours rose, qu’il y a des moments douloureux à travers lesquels nous passons tous. Mais le soleil se lèvera toujours demain… N’est-ce pas une bonne raison de s’émerveiller et d’être reconnaissant ? Ce qui empêche en général de ressentir de la gratitude c’est qu’on n’est jamais content de ce que l’on a, de ce qui est là et qu’on passe notre temps à se projeter dans le futur et à voir tout ce qu’on n’a pas.

L’émerveillement au quotidien.

Pour s’émerveiller au quotidien, il est important de s’arrêter et de se dire, en pleine conscience, que nous avons de la chance. On a tendance à râler sur ce qui ne fonctionne pas, ce qui est en panne, ce qui bloque. Mais quand prenons-nous le temps de s’émerveiller lorsqu’on boit un verre d’eau, lorsque l’interrupteur sur lequel on appuie fait jaillir l’électricité, lorsqu’on sent son gel douche qui sent si bon,… Toutes ces petites choses qui font notre quotidien et qu’on ne prend même plus la peine d’apprécier. Nous avons tellement l’habitude que la lumière s’allume, que l’eau coule, que la voiture démarre que nous sommes devenus impatients et capricieux avec une légère tendance à la « ralerie ». Les trains en retard font couler beaucoup d’encre, mais quand réjouissons-nous des trains qui arrivent à l’heure ?

Observez les enfants et prenez exemple.

Les enfants sont incroyables en matière d’émerveillement. Ils voient tout comme si c’était la première fois. En grandissant, nous trouvons tout normal, nous sommes habitués, voire blasés. Les enfants conservent cette fabuleuse capacité à s’émerveiller. Ils sont bien plus présents à leur vie que nous, adultes. Car en fait, il ne s’agit que de cela : être présent à sa vie, au moment que l’on vit, là, maintenant. S’arrêter quelques secondes pour savourer, être là où on est tant physiquement que mentalement. Cela favorise l’émerveillement. Cessez de ruminer et d’anticiper. Regardez autour de vous, là maintenant, et émerveillez-vous… Notre capacité d’émerveillement s’effrite avec le temps. C’est le moment de s’y reconnecter.

5 façons de cultiver son émerveillement.

  • Introduisez de la nouveauté dans votre vie : vous faites tous les jours le même chemin, changez l’itinéraire et émerveillez-vous de ce que vous découvrez. Les habitudes nous rendent aveugles, on ne voit même plus ce à côte de quoi on passe.
  • Commencez votre carnet de gratitude : il y a un tas de raisons pour lesquelles nous pouvons être reconnaissant. Les petites choses du quotidien mais aussi les choses plus profondes comme l’amitié, la famille, nos valeurs, la profondeur de la vie, la beauté du monde,… Depuis quand n’y avez-vous plus penser ?
  • Dites merci : merci d’être là, merci d’être toi, merci à la vie, merci à ceux que vous aimez, merci au boulanger, merci à vous-même. C’est important et ça fera du bien à votre interlocuteur et à vous même.
  • Riez et souriez : rien de pire que les personnes qui tirent la g…. C’est usant, fatigant, déprimant. Demandez-vous si vous avez plutôt tendance à sourire ou à avoir le menton qui traîne par terre. Evidemment il y a des jours avec et des jours sans. Mais il s’avère que nous avons tendance à sourire ou pas. Alors commencez dès aujourd’hui à SOURIRE !
  • Soyez présent à votre vie : émerveillez-vous des petites choses du quotidien, prenez le temps et la peine de savourer votre café, de profiter des bonnes odeurs de la vie. Ne vous laissez plus diriger par le temps et la course folle dans laquelle la vie nous entraîne. Soyez attentifs aux sourires que vous croisez et rendez-le.

Finalement, cultiver son émerveillement ce n’est qu’une façon supplémentaire d’accorder son attention aux choses positives. De changer de lunettes en quelques sortes… Si vous êtes sceptiques, essayez quelques jours. Qui sait ? Si vous êtes sceptique au point de rejeter tout élément vous permettant de vous sentir mieux dans votre vie, dommage pour vous. Mais par pitié ne l’imposer pas aux autres. Votre humeur, votre façon de voir la vie, votre ouverture d’esprit, vos sourires influencent les autres. Pensez-y avant de sombrer dans la « négative attitude »…

Leave a comment

X