Cette personne m’énerve, qu’est-ce que ça me dit de moi ?

En voilà une bonne question à se poser ! Car oui… Si quelqu’un vous énerve, c’est bien parce qu’il/elle reflète quelque chose de vous-même.

Souvent, en effet, nous repérons chez les autres les maux dont nous-mêmes nous souffrons, c’est d’ailleurs toujours plus facile de voir la brindille dans l’œil de l’autre plutôt que la poutre dans le nôtre. Cette expression vous dit quelque chose ?

Nous avons cette tendance à projeter ce qui est en nous sur les autres… Dès lors la question essentielle que je vous invite à vous poser cette semaine, c’est : pourquoi certaines personnes m’énervent ? Qu’est-ce que ça me dit sur moi ?

Généralement lorsqu’une personne nous énerve, cela veut dire qu’elle nous renvoie quelque chose de nous-même : un trait de caractère, une  personne avec qui on n’a pas réglé quelque chose, un défaut que nous avons nous-même, une qualité qu’on aimerait avoir,…

Lorsque nous  sommes conscients de cela, il est facile d’apaiser nos relations et de les rendre plus saines. Vous pouvez tirer parti de ces « énervements » du quotidien pour en apprendre sur vous et ainsi mieux vous connaître.

 

Vos valeurs se cognent

Lors de conflits, de longues discussions houleuses et agitées ou de désaccords profonds, si quelqu’un vous énerve, c’est probablement parce que l’une de vos valeurs est touchée ou que, simplement, la même valeur ne veut pas dire la même chose pour vous et l’autre.

Par exemple, si vous parlez de la peine de mort, l’un est d’accord et l’autre non, au lieu de vous acharner à faire changer l’autre d’avis et de vous énerver intérieurement, demandez-vous ce que ça vous dit de vous ? Qu’est-ce qui est touché chez vous, au fond ? Ce sera plus intéressant d’en apprendre sur vous que d’essayer de vous convaincre mutuellement en vous criant dessus et en plombant l’ambiance de la soirée.

Cela touche une de vos blessures non soignées

 Votre patron vous énerve parce qu’il ne reconnaît jamais la valeur de votre travail, demandez-vous d’où, ou de qui, vous vient ce manque de reconnaissance et comment vous pouvez faire pour le combler vous-même. De un, vous mettrez le doigt sur quelque chose de fondamental, de deux vous n’attendrez plus quelque chose qui ne viendra probablement jamais.

Votre conjoint vous énerve parce qu’il ne fait pas vous une priorité ? Demandez-vous de qui vous n’avez pas été la priorité et, surtout, si vous-même vous faites une priorité de vous ?

Vous avez compris l’idée ? Ces questions et leurs réponses vous ramèneront à des choses que vous n’avez pas encore réglées et qu’il est peut-être temps de résoudre. Evidemment, dans ces deux exemples, ce n’est peut-être pas aussi simple que ça. Mais, quoiqu’il en soit, cela vous renvoie une partie de vous-même et il est important de vous interroger afin de savoir si le problème peut-être réglé ou si vous devez changer de patron ou de conjoint(e).

L’autre vous énerve parce qu’il vous renvoie une qualité que vous pensez ne pas avoir ou l’un de vos défauts

 Nous y sommes ! Vous savez, ce collègue (ou cette collègue) super énervant(e) à qui tout semble réussir, qui prend la parole en publique sans problème, que tout le monde aime et qui a des résultats annuels faramineux ? Il/elle vous énerve, non ? Même pas un peu ? Alleeez, on est entre nous ! Et bien, si cette personne vous énerve, c’est parce qu’elle a une qualité que vous voudriez avoir ou que vous avez, mais que vous ignorez. D’ailleurs, on dit souvent que les qualités qu’on aime et qu’on reconnaît chez les autres ne sont que le reflet de nos propres qualités.

Si au contraire, vous êtes exaspéré(e) par le côté têtu et obstiné de votre ami(e), frère, sœur, patron, demandez-vous si vous ne l’êtes pas un peu aussi… Ou alors demandez-vous à qui vous fait penser ce petit défaut. Vous risquez d’être surpris. C’est ce qu’on appelle les défauts et/ou qualités miroirs. Expérimentez pour voir, je suis sûre que vous allez faire de belles découvertes.

Nuance importante

Le but, évidemment, n’est pas d’excuser tout et tout le monde, n’est pas de mélanger le bien et le mal. Il s’agit simplement de vous donner des pistes supplémentaires pour votre connaissance de soi. De la même façon, vous poser ces questions, vous interroger sur vous, vous permettra de faire baisser très facilement certaines tensions relationnelles. Quand vous ne serez plus occupé à essayer de changer l’autre, d’obtenir ce qu’il/elle ne vous donne pas, de le convaincre de ceci ou de cela, vous gagnerez en connaissance de soi et en relations saines et sereines. Lors d’un conflit ou d’une tension, il y a toujours une part qui vous appartient et une part qui appartient à l’autre. Les quelques questions que je vous invite à vous poser vous permette de ne pas faire porter à la personne qui vous énerve la part de vous-même qui vous appartient.

Je sais bien que cette chronique va éveiller les sceptiques… Mais, par simple curiosité, essayez pour voir. Amusez-vous au bureau, en famille, entre amis à vous interroger les uns les autres. Il faut un peu d’humour et d’auto-dérision, et beaucoup d’honnêteté. Tout le monde n’est pas prêt à faire cet exercice. Mais si vous mordez un peu à l’hameçon et quelques personnes de votre entourage également, vous allez en apprendre beaucoup les uns sur les autres et pas mal de vos conflits vont se dégonfler comme des ballons de baudruche.

 Article écrit pour LaLibre.be

 

Leave a comment

X