Emprise Psychologique | Comprendre pour ne plus juger

Emprise psychologique, quelques clés pour mieux comprendre et ne plus juger les victimes

 

 « À sa place, je serais partie depuis longtemps ; si elle reste, c’est qu’elle est faible et qu’elle y trouve son compte ; à moi, ça ne m’arriverait jamais ! »… Cet article s’adresse à celles et ceux qui sont victimes d’emprise et à celles et ceux qui jugent les personnes qui sont « tombées dans le panneau ». L’emprise est sournoise, elle s’installe progressivement, doucement mais sûrement. Penser que ça ne vous arrivera jamais est une belle illusion. Certains moments de vie, où l’on est plus fragile, ouvrent la porte à une emprise totale et discrète qui s’infiltre sans même qu’on s’en rende compte. Parce que les jugements n’aident pas mais la compréhension oui, je vous donne ici quelques clés pour vous aider à mieux comprendre l’emprise.

Les phases de l’emprise

 

La lune de miel

C’est le moment appelé aussi « phase de séduction ». Votre « manipulateur » vous bombarde d’amour et crée une dépendance affective. Vous êtes aveuglé.e par ce qu’il fait pour vous, par l’intensité de votre histoire et de vos sentiments mutuels. Il vous promet monts et merveilles et une vie extraordinaire. Vous êtes choyé.e, adulé.e et encensé.e. Il finit par prendre toute la place et il occupe votre esprit constamment. À un tel point que vous ne savez plus réfléchir ou respirer sans lui. Vous devenez accro. C’est tellement beau et inattendu que ça ne vous viendrait jamais à l’idée de penser qu’il puisse y avoir de mauvaises intentions cachées derrière tout ça. Il se présente en sauveur ou en victime, vous racontant tous ses malheurs et toutes les personnes dont il a été le souffre-douleur.

La déstabilisation et le doute

Petit à petit, il montre son vrai visage. Une fois la dépendance affective installée, il entame le processus de destruction massive. Il vous dévalorise, vous affaiblit tellement que vous finissez par le croire : vous n’êtes rien. Pour rappel, il a installé un sentiment de dépendance en « faisant tout pour vous ». Cela lui permet d’installer en vous la croyance que vous n’êtes rien sans lui. C’est le début de l’engrenage. Votre confiance en vous, votre estime de vous, votre capacité à réfléchir et votre esprit critique sont altérés. De surcroît, pour vous déstabiliser encore plus, après une dispute (parfois violente), il repasse par la phase lune de miel. Il y a de quoi devenir fou. Le pire de tout : vous finissez par douter de vous. Votre esprit n’est peut-être pas sain finalement ? Peut-être que le problème vient de vous ? S’il le dit…

L’isolement

Personne ne trouve grâce à ses yeux. Selon ses mots, votre entourage est nocif. Les autres vous veulent du mal, vous tirent vers le bas (alors que lui vous tire vers le haut !). Il n’aime pas vos amis, votre famille et vos collègues et préfère les éviter. De fil en aiguille, vous les éviterez aussi. Au début, pour lui faire plaisir puis pour éviter ses colères, ses insultes et sa violence et/ou ses menaces. Puis, vous finirez par être convaincu.e de ce qu’il dit, tout simplement.

 

Une chaîne sans fin

 

Les différentes phases s’entremêlent et se répètent. La lune de miel revient après chaque crise, l’isolement se fait progressivement, parallèlement à la dévalorisation. Il vous met tellement de poudre aux yeux que vous croyez ce qu’il dit et vous lui faites confiance. Votre estime de vous est tellement mise à mal que vous vous en remettez complètement à lui. C’est une chaîne sans fin. Il vous séduit, vous détruit puis vous annihile. Vous n’avez plus d’énergie (il la prend complètement), plus de recul (il est envahissant), vous étouffez et vous ne voyez plus clair. Mais vous avez besoin de lui…

 

Un mal invisible

 

Le processus de l’emprise ronge les victimes de l’intérieur. Il est insidieux, sournois. Le monde extérieur ne le voit pas. C’est encore une raison de plus pour douter de soi ! L’entourage (du moins ce qu’il en reste) est même capable de faire des reproches à la victime : « Mais enfin, que lui reproches-tu ? Tu es trop exigeant.e ; il est parfait ; regarde tout ce qu’il a fait pour toi ! » Et le doute continue à s’installer…

La solitude, la dévalorisation et la dépendance sont des outils puissants qui servent l’emprise psychologique. À force d’entendre des insultes, de subir de la violence verbale ou physique et d’être isolées, les victimes se retrouvent à côté de leurs pompes avec un tel trou noir à la place de leur estime de soi que le bout du tunnel semble très loin.

La reconstruction

 

La prise de conscience est la première étape. Elle est parfois douloureuse et écrasante, mais indispensable. À partir de la prise de conscience, la reconstruction peut commencer. Tout d’abord, il faut impérativement se construire une armure en béton afin de ne plus être atteint.e par les missiles de destruction. Ensuite, il faut entamer le travail de reconstruction à proprement dit en augmentant son estime et sa confiance en soi, en lâchant la culpabilité, en étant fermé au chantage affectif et en s’accordant le droit de se protéger ! Personne ne peut, sous aucun prétexte détruire pour mieux contrôler. Ce n’est pas ça l’amour. Finalement, la dernière étape est celle de la rupture… Les enfants pris malgré eux dans la tourmente de l’emprise ont eux aussi besoin d’un temps de reconstruction.

Sortir de l’emprise est possible ! Faites-vous aider par des professionnels, par vos proches, par des personnes compétentes. Si vous connaissez une personne victime de cette manipulation, ne la jugez pas. Essayez plutôt de comprendre ce qui lui arrive et de l’aider. Pour cela, je vous renvoie à mon article Comment aider quelqu’un sous Emprise ? 

Je suis moi-même prête à vous accompagner sur le chemin de la reconstruction. Il suffit de m’envoyer un mail à [email protected] Vous pouvez également m’appeler ou prendre un rendez-vous en ligne sur mon site www.juliearcoulin.com.

Leave a comment

X